En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.   En savoir plus Fermer

Ethiopiques 22

Ethiopiques

Alèmayèhu Eshèté est l’une des grandes voix de l’Ethiopie moderne haute époque — les Swinging Sixties qui, dans ce pays, se sont prolongées jusqu’à la chute de l’empereur Hailè-Sellassié Ier, en 1974. Au même titre que Tlahoun Gèssèssè, Bzunèsh Bèqèlè ou Mahmoud Ahmed, Alèmayèhu fait figure d’étoile de premier plan au sein de la constellation qui a illuminé les nuits chaudes de la capitale éthiopienne, Addis Abèba. Remarquable dans les rocks frénétiques comme dans les ballades déchirantes, ses fureurs américanophiles ont valu à Alèmayèhu le surnom mérité de James Brown ou d’Elvis éthiopien. Jeu de scène millésimé, glotte acrobatique et banane avantageuse, frimeur toujours chaloupant échappé d’American Graffiti ou de Saturday Night Fever, jeunesse inoxydable malgré la soixantaine, Alèmayèhu incarne toujours les mythologies explosives des années 1960.